mercredi 16 décembre 2009

La Belle et son dragon



En y réfléchissant bien un dragon de plus de 5m de haut, rouge cramoisi et calé en runes, n’est pas négligeable. J’ai déjà bien un loup comme protecteur ! Pourquoi je n’aurais pas également un dragon. Et puis ça un sens pratique aussi, j’aurai du feu partout ou j’irais ! Bon je l’accorde un poil encombrant le briquet, mais quel chic !!!

- Hé ?! Tu penses à me détacher quand même ?

- Oups.. Heu oui ! C’est quoi le mode d’emploi ? Quelle formule a-t-il utilisé ?

- Un jargon quelconque de mage… pas une langue que je connais.

- Alors je procède comment ? J’y vais avec les dents ?

- Hooo t’as de l’humour toi ?! Si tu n’as pas l’incantation, une pierre peut nous aider. Une pierre de lune ou une améthyste !

- bah ça j’ai pas… Attends si ! J’ai une améthyste qui vient de mettre offerte, elle est dans mon sac.

Et je suis encore en train de farfouiller dans mon cabas, au bout d’une bonne dizaine de minutes, je ressors triomphante le collier offert auparavant dans la caverne aux fées par le drôle de personnage encapuchonné. L’améthyste a une couleur mauve laiteuse et flamboie doucement. Au fur et à mesure que je l’approche de la liane, la pierre devient d’un mauve parfait ou de fines veines blanches scintillent. La liane semble se désagréger sous le doux mouvement de balancier que je lui impose. Bientôt mon dragon est libre. Ha ben ça y est ! Je me l’approprie déjà ! Il en profite pour s’ébrouer et s’étirer… Diable ! la bête est grande !! Je me sent ridiculement minuscule.

- Merci tendre sorcière, je savais que ton cœur est bon ! Allez grimpe, je t’emmène jusqu’aux trônes.

- Bon et si on faisait les présentations avant d’aller plus loin…

- Toi c’est Maïa et moi c’est Erlon. Et oui, j’ai entendue parler de toi , pourquoi crois-tu que Callaghan m’est entravé ?

- C’est vrai ça ? Pourquoi ne t’a-t-il pas tué ?

- Ce n’est pas un chevalier au cœur pur !

C’est plus fort que moi, j’éclate de rire ! Un chevalier au cœur pur ! Comme si on trouve ça sous le sabot d’un cheval. Callaghan est loin déjà d’être un chevalier… quand à avoir le cœur pur, c’est une autre paire de manche !

- Ne pouvant me tuer, il a fait en sorte de ralentir ta quête.

Je ne peux m’empêcher de regarder par-dessus mon épaule pour vérifier qu’il n’y ait pas deux yeux sadiques qui me lorgnent de loin.

- Allez à cheval Maïa, je t’offre un vol en première classe, direction les trônes.

Le "à cheval" me laisse goguenarde, l’expression favorite de Jack quand il passe à l’acte ! Ce dragon a un humour fou… Quoique là, la taille du cheval m’impressionne fort. Je ne sais vraiment pas par quel bout faire mon approche. Délicatement Erlon se couche à mes pieds, et me propose sa patte avant comme marchepied. Je connais quelques chevaliers qui pourraient en prendre de la graine !

Autant un vol en balai est silencieux, autant un vol en dragon est.. Comment dire ? Décoiffant ! entre les turbulences que les ailes provoquent, et leur puissant « Wouf…Woufff », j’en suis ébaubie. Mais quel vol, quelle puissance ! Mon balai en est jaloux !! Erlon en profite pour m’en mettre plein les yeux, nous montons jusque dans les nuages, pour redescendre en piqué vertigineux jusqu’aux trônes, il passe une première fois au-dessus, amorce un demi-tour (sur la tranche) et redescend en raz pâquerette. Pourvu qu’il maîtrise l’atterrissage ! Et hop ! Sans un soubresaut, un cafouillage quelconque, nous voilà posés comme une fleur sur le plancher des moutons.

Face à moi, les trois trônes. Taillés dans le granit, le plus grand, le plus haut est sculpté sur tout le pourtour d’une frise de lierre, le second à droite est décoré de nœud celtique, le troisième à gauche à une étoile du sud sur le dossier, ainsi qu’un bateau sur l’assise. Le pouvoir de la triade ! Alors que je m’approche, j’aperçois le texte en runes qui couvre le dossier du trône au lierre. Mmmoui ! Des runes ! Et Philibert est plutôt loin, j’espère que Erlon est vraiment calé, parce qu’hormis une rune ou deux que je reconnais et traduis, le reste est un énorme charabia pour moi.

- Erlon ? Tu sais vraiment les lire ? Parce que là, c’est énorme !

- Humm ? Oui c’est un charme, tu reconnais la rune principale ?

- Ho que oui.. La rune de deuil, le deuil que l’on porte, mais aussi les changements de saisons. La nature du changement, l’avatar du destin.

- Houuu calée la sorcière ! Oui c’est tout à fait ça, ce charme est le bouclier de l’histoire, le chaudron de la tradition.

- Allez, tu me le lis ?

- Ce que la marée donne en cadeau, Le reflux l’enlève de tes mains. Je ne chante pas de chansons mielleuses. Mes cheveux sont blanchis par l’âge, Il n’est pas dur de vivre sous terre.

La voix de Erlon résonne, l’écho du cirque de pierre qui nous entoure s’empare des derniers mots : vivre sous terre… sous terre…terre…

7 commentaires:

Dame Sco' a dit…

Un vol en dragon, ça décoiffe dis donc ! Tu m'emmènes faire un tour ?!
En tout cas, le mystère s'épaissit, vivement la suite !!

Rackham Le Rouge a dit…

C'est toi la Belle, Maia !
Dommage pour Sco qu'il s'appelle pas Elliott ce Dragon...

Ptit bonsoir du pirate, on attends la suite...
Besos
Jack

elle-c-dit a dit…

Je glisse une pensée entre les lignes... ou sous terre...

Ysa a dit…

Moi aussi je veux un dragon pour voler !!!
Tu as une sacrée imagination, Harry Potter et autres ont intérêt à bien se tenir !!!

Maia Luna a dit…

Ysa et Sco : je ferais un détour sur mon retour pour vous faire faire une belle balade décoiffante.
Jack : Merci de tes petites visites
Colombine : Tes pensées me touchent.

Turlututu a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Turlututu a dit…

Si on pouvait utiliser ton nouvel ami pour faire un tout droit sur la maison de Callaghan, histoire de le chauffer un peu... Dit, il va t'aider ensuite ? Humm ?
Un p'tit tour en Dragon , un billet sans retour....de flamme ?