mardi 28 décembre 2010

Les résolutions (les bonnes ?)


Hé bien ça y est... Nous y voilà !! Une nouvelle année qui arrive, avec son lot d'histoires, d'aventures, de coups du sort et d'enchantements...
J'ai consulté ma boule... Histoire de... Mais cette sauvage s'est mise en trouille dès que j'ai prononcé le mot : Avenir... un petit message s'est mis à clignoter.
     - En grève !! Démerde toi ! Ce que tu sèmeras... Tu le récolteras !!
Je sens qu'elle va finir par apprendre à voler celle là !! Me voilà bien ! Donc tant pis, j'assumerais les conséquences de mes actes sorciers !

Et moi, toute sorcière que je suis ; du fond de mon antre, au fin fond de ma forêt... Entourée par ma bande, (enfin ceux qui sont présents pour fêter cette nouvelle année)... Je vous souhaite bien des enchantements, du rire et de la gaité... Des moments avec vos amis et votre famille partagés. Hooo ! Je ne vous garantis pas du bonheur tous les jours, mais de profiter de celui qui se présentera à vous à chaque instant. Ce sera dur parfois, des hauts et des bas... Mais du sourire dans votre regard, des étoiles dans vos prunelles...

Et si ça ne va vraiment pas, j'essayerais de mon mieux de vous changer les idées en vous racontant mes voyages, mes aventures...

A très bientôt !!

jeudi 23 décembre 2010

la presse nous en parle

Grand-Angoulême

Frédérique et sa bonne sorcière

Originaire d'Angoulême, Frédérique Pinson vient d'écrire son premier roman, «Sort-Céleri». Plongée dans l'univers déjanté de Maïa-Luna, une sorcière trentenaire extravagante et sexy.
«Sort-Céleri» raconte l\'histoire de Maïa-Luna, la trentaine, sexy, totalement décalée et mal embouchée.  Photo Renaud Joubert
«Sort-Céleri» raconte l'histoire de Maïa-Luna, la trentaine, sexy, totalement décalée et mal embouchée. Photo Renaud Joubert
"Je suis née à Cheval, un pied dans l'océan et un autre dans la vigne, d'un père mi-pirate mi-coureur de jupons, mais grand Géo-Trouve-Tout, et d'une mère fée de la nature." Maïa-Luna est une sorcière. Une drôle de sorcière, loin des clichés de notre enfance. Elle a la trentaine, est sexy, totalement décalée et mal embouchée ! Maïa-Luna est l'héroïne de «Sort-Céleri» (1), le premier roman fantastique de Frédérique Pinson-Ibarburu, originaire d'Angoulême aujourd'hui installée à Bésingrand, un petit village du Béarn entre Pau et Orthez.
«J'ai toujours rêvé d'être une sorcière ! Peut-être parce que je suis rousse et que depuis toujours j'ai baigné dans le mythe des contes et légendes, confie l'auteure de 38 ans. Maïa-Luna fait partie de moi, mais elle n'est pas moi et je ne suis pas elle.» Même si elle se qualifie d'«hyperactive», juré, Frédérique ne se déplace pas au quotidien sur un balai caractériel avec pour tout paquetage un ou deux strings et une tenue en dentelle ! Elle ne vit pas non plus avec Beklzébuth, un chat - noir, évidemment - continuellement en rut...
Il n'a pas fallu plus d'un an à Frédérique Pinson pour écrire son récit fantastique et trouver un éditeur, lyonnais, le seul à accepter d'inclure les illustrations qu'elle a elle-même réalisées et celles de son mari, Frédéric Ibarburu.
Blog, marque déposée produits dérivés
«Je viens de passer dix-huit ans dans le monde de la grande distribution. Là, je reviens à mes premières amours, la création», raconte celle qui fut six ans durant décoratrice à son compte à Angoulême. Parcours atypique entamé avec l'obtention d'un CAP de secrétariat-comptabilité et une entrée dans la vie active à 16 ans. «Par choix», précise la jeune femme, qui ne supporte pas «les moules dans lesquels on veut nous faire entrer». A peine savouré le plaisir de découvrir son premier ouvrage sorti des presses le 14 novembre, que déjà Frédérique s'est attelée à l'écriture du deuxième tome. «Je me suis aperçu au bout de 160 pages du premier livre que je n'aurais pas assez de place pour raconter tout ce que je voulais...», sourit-elle.
De la suite, elle en a dans ses écrits comme dans ses idées: «J'ai déposé la marque Sort-Céleri pour créer des produits dérivés. Il existe déjà des mugs décorés de quelques illustrations extraites du livre, j'ai fait des affiches numérotées et des tee-shirts sont en cours de réalisation. On crée un univers», annonce Frédérique Pinson-Ibarburu, qui anime également un blog consacré à son livre (2).
Maïa-Luna serait-elle en train d'enfourcher le balai d'Harry Potter ? «Non, ce ne sera pas la saga Harry Potter, coupe court Frédérique. Plutôt dans le genre des ''Annales du disque-monde'' de Terry Pratchett.» N'empêche, l'auteure travaille déjà à une adaptation des aventures de Maïa-Luna en bande dessinée avec des illustrateurs belges. «Avec moi, il faut que ça bouge. Et je veux tout tout de suite et maintenant!», lâche-t-elle dans un éclat de rire. Il y a bien du Maïa-Luna en elle. Et réciproquement.
(1) «Sort-Céleri, Maïa-Luna la quête», Ed. Baudelaire, 186 pages, 15,50 €. Disponible au rayon librairie d'Auchan, à La Couronne, où Frédérique Pinson est en dédicace aujourd'hui.
(2) http://sort-celeri.blogspot.com/

mercredi 15 décembre 2010

Quand Maïa s'expose...



           A force de réflexions profondes (causes de migraines), je me suis dit qu'il était pour moi grand temps de sortir de mon anonymat de sorcière, et de mettre en avant mes incantations et autres filtres qui commençaient à faire ma renommée... Après tout, il était écrit que je serais une grande sorcière, et que je devais réussir un jour ou l'autre (on ne sait pas quand exactement) à sauver le monde de Faërie...

           C'est en allant faire le plein de ce précieux nectar qui font de nos soirées « juranciennes » une réussite que l'idée me vint. Le lendemain devait avoir lieu un convent où humains et sorciers allaient se retrouver autour d'un verre de l'amitié. C'était le moment parfait pour se présenter et se montrer telle quelle aux yeux du public. Une table, deux chaises, mes grimoires et filtres en présentation, l'aubaine était trop belle pour ne pas l'attraper à pleines mains et en profiter.
Me voici donc à l'entrée d'un chais, en plein soleil d'hiver à trépigner sur place pour ne pas me laisser engourdir par le froid. Les invités sont nonchalants, ils se promènent entre les stands, un verre à la main, s'arrêtent, repartent... Une question fulgurante me traversent l'esprit.
           - Quelle idée à la con, j'ai encore eue ?? Qu'est-ce que je fous là moi ?!
Pour me détendre, quelques esprits bien tournés, m'apportent un verre (plein à raz- bord) pour m'aider à me détendre et me réchauffer... Voir me réconforter !
Enfin, quelques curieux osent s'arrêter, me dévisagent de la tête aux pieds. Il faut dire que mon look et ma crinière rousse (en plein soleil) doit agir façon phare au milieu de la mer. Les femmes ont un rictus et tirent leur mari par la manche en faisant un geste de dénégation... Allons bon ! Z'ont peur de quoi les dames ? Que j'envoute leur mari ? Je sens que la journée va être fort fort longue !

Pourtant des intrépides viennent me parler, me sourient et me questionnent.
               - Alors, vous faites quoi vous ? Des filtres, des incantations ? Et ça marche ?
Une jeune femme, vient même jusqu'à me toucher, et s'installer avec moi...
                - Hoooo !! j'adore ce que vous faites, j'en prends un de grimoire... Heu... Vous pouvez me mettre un petit mot dessus ?
J'entame quelques conversations, discussions sur le monde magique... Sur la région, quelques grimoires partent accompagnés de leurs filtres. Mon verre se re-remplit au fur et mesure... Comme par magie ! J'engloutis quelques crêpes brûlantes, histoire de me réchauffer les doigts et de combler mon estomac qui se commence à se noyer sous la quantité de liquide ingurgité !!
J'ai droit aussi à quelques plans dragues... Ou sous l'influence de l'alcool qui circule à flots, la timidité de certains s'efface pour laisser place à la goujaterie. Offense à sa sorcière ! Je fronce des sourcils prête à me défendre, en gros ; ma main dans ta tronche si tu insistes !!
Au quatrième verre (toujours plein à raz bord), je signe les grimoires à tour de bras, et le balai que je dessine est prêt à s'envoler de la page. Alors que je m'offrir la dernière lampée de ce doux breuvage... Rien... Nada... Vide ! Avec de l'écho dedans.
            - TAVERNIIIEERRR !! A BOIRE ou je tue le chien !!
Oupsss... Quelques éclats de rire retentissent... des regards méprisants (de gens biens pensants) me scruptent... Ho, ça va bien ! Hein ! Vous, vous êtes vu avec vos mines rougeaudes !! Et me faîtes pas croire que c'est le froid qui vous donne aussi ce regard si flou et brillant ! Non mais !

           La nuit tombe, le froid aussi. D'ailleurs, le froid glaçant me redonne conscience, il est temps pour moi de m'éclipser... Je cours après mon tavernier et sa femme, pour les remercier de l'accueil (et de leurs verres).
                - C'était bien hein ? Tu reviendras l'année prochaine ?

          Après le vol en retour.. un poil mouvementé (faut absolument que je pense à mettre un pilote automatique sur ce fichu balai !), je m'échoua lamentable... Et fin bourrée (faut dire ce qui est) sur mon lit.
Oui ! Oui ! Je le referais l'année prochaine... Mais sans déguster ! Promis, jurer, cracher... RRRReeekk.. TEUUUuu. Peeuuu.

lundi 13 décembre 2010

DEDICACES DECEMBRE 2010 /JANVIER 2011

Mardi 21 Décembre

Je serais en dédicace au Centre Commercial Auchan à la Couronne (16 Charente)
de 11h à 12h et de 15h à 18h....




Le samedi 15 et dimanche 16 Janvier 2011

Je serais au Salon du livre de Thénac (17 Charente-Martime)



N'oubliez pas que Noël approche !! Pensez aux produits Dérivés : Maïa Luna.... Entre autre l'affiche de Maïa...





par mail : clochettetiki@hotmail.fr pour vos commandes ou vos commentaires.

A très Bientôt !!!

mercredi 8 décembre 2010

Conte de Yule



         
          Aujourd'hui le temps semble différent. Hier encore nous avions vingt centimètres de neige dans nos forêts... Mais ce matin, tout est fondu, c'est le vent des fous qui accompagne le soleil chaud de cette journée du Sabbat de Yule... Les quelques feuilles qui restaient accrochées aux arbres s'envolent étincelantes comme une myriade d'étoiles.
            Comme à ma grande habitude, je suis à la bourre. A force de batailler sur 
tous les fronts, je prends du retard.... Et aujourd'hui, je ne peux vraiment pas 
me le permettre. Je peaufine une dernière fois ma tenue fête rouge et or. Une 
fois n'est pas coutume... Je me suis déguisée en sorte de princesse. Un dernier 
regard dans mon miroir et je rajoute quelques perles, accrochées ça et là dans ma chevelure qui, malheureusement une fois de plus ne va pas tenir le choc 
face au vent de dément qui souffle. 
J'entrouvre la porte, le vent en profite pour s'engouffrer et faire voltiger 
quelques moutons de poussière (amoureusement gardés) aux quatre coins de la
pièce. Pas le temps... Le ménage sera pour une autre fois !
Le solstice d'hiver m'attend. La nuit la plus longue de l'année. Jour de  
fête et de partage !! Mon cher balai dans une main, un sac rempli de cadeaux 
dans l'autre, d'un pas décidé je me dirige vers le point de rassemblement... Un 
léger brouhaha s'en élève. Tout le monde ou presque est arrivé. En plein milieu de la clairière s'élève un sapin majestueux que chaque invité décore d'une 
offrande : pomme, orange, bâtons de cannelle. Les yeux des convives sont 
remplis d'étoile, la bonne humeur déborde comme une potion d'un chaudron...
Il est minuit... La tradition veut que l'on échange chacun un présent, et 
que l'on fasse un vœu unique pour la nouvelle année à venir. Je redoute ce 
moment... Non pas la formulation du voeu... Mais plutôt l'échange du présent. 
Entre les colliers de pomme de pin des Garçons Turlututu... le livre de 
potions « comment s'épiler Gratis » de Nanette, la ribambelle de strings à 
trous-trous, en léopard, à dentelle de Jack Rackham, et le chaudron enchanté 
de stélaphie et Philibert... Je me demande à quoi, je vais avoir droit cette 
année !!
Pour ma part, j'offre quelques enchantements parfumés, quelques 
parchemins recouverts d'enluminures, quelques étoffes précieuses ; le tout choisit durant des heures en pensant aux personnes que j'aime.
Mon premier cadeau me tombe du ciel... via grand duc envolé. Un lourd paquet enveloppé d'écorce d'arbres... Un petit mot l'accompagne :
« Non pas que je doute de tes talents...
Je les connais...
Mais juste pour que tu penses à moi, en le feuilletant.
A jamais !!
Ryan »
Je m'isole pour l'ouvrir, je m'attends à tout de sa part. Une vieille douleur  
s'élève du fond de mon cœur... Ho non !! Pas lui ! Je blêmies en voyant son 
présent. Le salaud !! il a osé : Le kamasutra de la sorcière éveillée... Et il n'y a 
pas que la sorcière qui est éveillée, les images le sont aussi. J'en rougis 
d'outrage (à la sorcière bien aimée). Si je le tenais dans mes petites mimines, se sont d'autres outrages que celles énoncées dans le livre que je lui ferais subir !!
Soudain, une présence m'enveloppe, un sentiment doux vient se caler contre 
mon cœur. Malgré moi, mes yeux se ferment. Contre moi, un corps vient se 
coller. Un parfum d'été monte jusqu'à mes narines, qui en frémissent...
- Bientôt... Je serais là. Je te protégerais...
L'image d'un loup au regard chaud vient se graver sur mon cœur. Mon plus 
beau cadeau de Yule...

vendredi 26 novembre 2010

La joie des premiers Frimas



Il est venu le temps ou l'on se cloitre chez soi, savoure le feu dans l'âtre aux arômes de pins. Il est venu le temps du vin chaud, des chocolats onctueux dans l'après-midi, la soupe épaisse et fumante le soir. Quel bonheur que de s'enfoncer le soir sous une couette épaisse et douillette... S'envelopper dans une écharpe mousseuse qui garde précieusement la chaleur de votre cou... Haaaa je me sens l'âme d'une pouet... poête romantique !!


Enfin, tout ça dans mes rêves... Parce que ma réalité à moi, elle est différente... ce serait plutôt la froidure du petit matin, quand au réveil très très matinal, je dois réfléchir à deux fois pour savoir quel pied sortir le premier de la couette avant qu'il ne se glace ! Mon rêve premier en tant que sorcière c'est que l'hibernation nous soit accordée dès les premiers frimas et ce jusqu'à ce que les primevères sortent leur bout de nez.


Hé ben non madame ! Au turbin la sorcière !! Eté comme hiver !! Pas de pitié pour mon bout de nez !


Et le matin (qui est désormais chagrin) me voici harnachée comme un inuit pour grimper sur mon balai. Et que je t'enfile les pulls les uns sur les autres, un caleçon long (façon grand papy), un pantalon, 3 paires de chaussettes, des bottes, je finalise l'équipement victorieusement par une paire de mitaine, des gants et des moufles pour être plus sûre.


Oui je sais mon côté glamour et sexy en prend un sérieux coup... J'ai remisé pour quelques temps, tenues décolletées et robes outrageusement dentellées. Mais à la guerre comme à la guerre ! Mon aisance et mon équilibre légendaire se gamelle allègrement en me laissant dandinante sur mon manche à balai. La version bonnefemme des neiges est prête à s'envoler... Mes pas sur l'herbe gelée sont accompagnés de craquements provoqués par mon poid imposé aux brins d'herbes. Sur les toiles d'araignée, des goulettes d'eau glacée scintillent dans le jour levant.


Au décollage, un vilain vent coulis s'inscinue dans mon cou à la recherche du moindre espace dans lequel se faufiler pour descendre allègrement le long de ma colonne vertébrale et me laisse grelottante. Grelotter et claquer des dents n'est pas très compatible avec le vol en balai... Au moindre sursaut, j'entame des zigs et des zags qui provoquent bien évidement de nouveaux courants d'air vicieux qui s'efforcent de s'emparer de mon corps.


De la splendeur du paysage glacé je ne vois rien... Enfin, je ne veux pas m'y attarder... Les étoiles de givre qui recouvrent la nature me font frissonner. Cet air si pur, si froid me coupe le souffle, la buée qui s'échappe de ma bouche s'entortille en un long ruban avant de s'évaporer.


A mon arrivée... Comment dirais-je... Dans un état second ? ma propre parodie ? les yeux rouges et larmoyants (façon lapin myxomatosé), le nez dégoulinant auquel s'accroche résolument un stalactite, la bouche crispée entrouverte sur un souffle court...


Haaaa elle est belle la sorcière !! Comment aller à un rendez-vous amoureux en hiver ?!!


Ben en hiver... je n'aime PAS, NA !!

mercredi 17 novembre 2010

les coffrets cadeaux pour NOYEL

Tout nouveau ! tout chaud... Maïa-Luna vous propose ses produits dérivés !!
Pour Noël, des coffrets avec le livre ... Des surprises ....


Le coffret mugs (4 illustrations) : 34 € (+ 10€ de frais d'envoi)
le coffre mugs + le livre + 1 affiche A3 offerte : 50 € ( +10€ de frais d'envoi)

****************
le mug seul au choix : 9.50 € (+ 6.50 € de frais d'envoi)
+ le livre Sort-Céleri (+ 1 marque TA page offert) : 24.50 € (+ 7 € de frais d'envoi)
*********************

le livre Sort-Céleri + 1 affiche Maia Luna : 21 € (+ 4.50 € de frais d'envoi)


Vous pouvez me contacter pour des renseignements ou les commandes via : clochettetiki@hotmail.fr

Petit Plus... Les livres porteront tous une dédicace...
à très bientôt !!

dimanche 14 novembre 2010

la Boule Hache et épée

Vous le savez tous désormais, j'ai une boule magique d'où émane une jolie couleur bleue tout à fait apaisante. Mais qui aussi à ses heures me prédit l'avenir et me donne mes messages en cas d'absences.

Pour petit rappel (des fois que l'on aurait oublié), cette petite merveille a été acquise d'une façon peu commune par un beau jour de Soldes. Il faut dire à ma décharge que le vendeur était plutôt bien foutu. Et je n'ai jamais su résister à un sorcier bien monté... Heu nan... Bien tourné... (Ouf, j'm'en sors de justesse sur ce coup là.)

Ma boule me suit partout dans mon cabas de sorcière ; pour être dans le vent et me tenir au courant des dernières prouesses des uns et des autres. Et voilà t-y pas qu'aujourd'hui, elle me pond un nouveau truc... J'avais déjà découvert le :

- Bing ! VOUS-AVEZ-UN NOUVEAU-MESSAGE...

Mais suite à un dérèglement sans doute hormonal, ma boule chérie, me lancent des messages à torts et à travers. Depuis deux jours, me demande mon nouveau code pin (?). Certes étant entourée de sapins (et non de nains), ce ne sont pas les pignes qui me manquent... Mais point de cavité dans la boule pour les y placer. J'ai beau tourné le bousin dans tous les sens. Hormis le message qui clignote, point d'entrée, et encore moins de sortie. Et allez trouver un code tatoué sur un pin vous !!

Vraiment ?! Il y a des moments ou je déteste cette boule.


Ma patience légendaire prend rapidement le dessus. Je commence à secouer ma boule qui laisse échapper par outrage je pense, des nuées de paillettes... Une protestation peut être devant mon intervention musclée ? Haaaa ! Victoire !! un nouveau message apparaît...

- Vous êtes une grosse buse !! Vous n'avez plus qu'à réinitialiser via hache-et-épée votre boule sur le serveur Magie.Faërie,

Quoi ??? Bon Buse ok, ça je l'ai compris. Et ne le prends pas terriblement bien ! Mais le charabia qui s'ensuit, me laisse perplexe. Hache-et-épée ?

KESAKO ça ? Encore un truc à la con – genre donjons et dragons ? Et puis j'ai pas de serveur « Magie.Faërie » sous la main, je ne connais même pas ce resto. Huuuuuuù... J'ai le sang qui commence à passer dans mes veines à gros bouillons. Je claque des doigts vite fait et me retrouve dans ma boutique « glauque » et morbide à souhait ; ou j'ai fait l'acquisition il y a un an, de cette boule empêcheuse de tourner en rond.

- Héhé... Beauté, te voilà de retour ? Un petit câlin ?

NON ! Plutôt un regard assassin ! Mon bel éphèbe est là, à me tourner autour, voulant laisser ses paluches trainer sur mon corps.

- Bas les pattes Bellâtre ! Je te ramènes ta merde qui clignote, et ne fonctionne plus... me demande un serveur d'un resto à la con, et veut jouer à donjons et dragons !!! Règles moi ça, pour la suite on verra...

La boule caractérielle change de mains. Il sourit...

- Hooo, ce n'est que ça ? J'en fais mon affaire, sans doute un oubli de ma part.... Coup d'œil torve en ma direction : Pour mieux te revoir !!

Ma boule se retrouve sur un support bleu recouvert de velours et émet des petits « ding-ding » de contentement. La garce affiche victorieuse :

RÉINITIALISATION EN COURS... NOUVELLE MISE A JOUR

Mon sorcier en profite pour rajouter :

- Sans son socle, elle ne peut continuer à effectuer son travail correctement, une mise à jour par an. Je te le rajoute, je suppose ?... Humm paiement ? En nature ?

Se fout de ma gueule lui ? C'est à coup de hache et épée que je vais le laminer...

Je prends ma boule et la range dans mon cabas, le support sous le bras, jette une bourse de menues monnaies sur son comptoir. Pour le reste, sur son séant, il peut s'asseoir !!

dimanche 7 novembre 2010

La Black Liste

A force de ratures, de griffures sur le papier, la plume finie par percer le parchemin et laisse une immonde tâche d'encre. Une voix tendue s'élève et jure :


- Hééé Merde !


Le parchemin est saisi, chiffonné, roulé et boule pour être envoyer d'un geste remplit de hargne par la fenêtre ouverte.


Une nouvelle feuille fait son apparition sur la table. Aussi sec, la plume se remet à écrire. Une liste apparaît. Le crissement de la plume se fait plus pressant, plus menaçant. La main se met à trembler. Malgré toutes les précautions prises, ici et là, des gouttes d'encre fleurissent la feuille.


Un coup de vent puissant s'engouffre par la fenêtre pour venir faire trembloter la flamme chiche de la bougie. La nuit semble s'emparer de monde de Faërie.


- Je vous ferais la peau.... Bande de nabots !


La voix est tendue, les mots claquent aussi fort qu'un coup de fouet. La plume continue son travail accusatoire, la liste s'allonge. Désormais, c'est en lettre de feu que les noms prennent place sur le papier.


- Vous m'avez fait demandé ?


L'homme à la question est revêtu d'une robe de bure élimé. Une tête de fouine au regard mauvais. Des dents mal alignées semblent prêtes à s'enfuir d'une bouche tordue. Des petits yeux secs clignotent derrière des lunettes de laiton. Il s'approche d'un air respectueux du bureau. Obséquieux plutôt. Il se frotte les mains, déjà savoureux de la demande.


- Oui La Fouine, tu vas partir à la recherche des ses personnes. Il est grand temps de s'occuper d'eux. De les éliminer. TOUS !! Un à un, ou en même temps... Les faire passer à la question... Puis, les anéantir d'une certaine façon. Tu me les ramènes tous.

La plume est reposée, l'encrier est fermé. Un dernier courant d'air éteint la chandelle. La messe est dite. Le parchemin change de main. La fouine la parcoure des yeux, un sourire mauvais nait sur ses lèvres pincées. A la découverte des noms, il déguste à l'avance, les tortures annoncées. La sentence est prononcée, ils doivent mourir. Un éclair illumine un instant la pièce et dévoile aux esprits la liste :

Ryan : périra par le sortilège de noyade.


Philibert : exécuté sur la roue des châtiments.


Jack : condamné à errer dans les limbes des Maudits.


Elorn : abattu par les archers de l'Enfer.


Maïa Luna : brûlée vive sur le bucher des Damnations, cendres éparpillées au vent mauvais de la vengeance.


Le parchemin est roulé, scellé.


La nuit tombe sur le Château des Ombres.


Callaghan sourit... L'heure de la victoire est proche. Enfin le grimoire des Anciens sera sien,

lundi 1 novembre 2010

La nuit du Passage (Halloween)



Et allez, les années défilent... Avec l'air de rien, un nouveau samaïn vient d'avoir lieu. Ha oui, pardon ! Pour vous c'est Halloween !


Ben chez nous c'est la nuit de passage, quand les esprits naviguent d'un monde à l'autre. C'est notre plus grand sabbat !Tenues de sorcières exigées ! On ressort nos grands chapeaux et pour celles qui ne l'utilisent plus leur balai.


J'avoue trouver un délice certain, à me glisser dans une longue robe de velours noire ajustée au poil près sur mon corps, et fendue de la cheville à la cuisse... On ne me refera pas, je me veux sexy en diable ! Ma tignasse est emberlificotées de lierre, et de pierre de lune, comme des diamants déposés.J'en profite pour terminer mon encens spécial :


feuilles de laurier, feuilles de menthe, thym séché, myrrhe en résine, gouttes d'huile de cyprès et de camphre.


Douce odeur de nature qui vous pique le nez !!


Les douze coups de minuit résonnent, je suis prête pour partir à l'aventure, le passage des esprits. Voilà que jaillit du fin fond des bois, notre fameux cri de ralliement :


- « Je rote, je pète.. Rien ne m'arrête » (oui je sais, il faut qu'on pense à en changer).


Je me précipite sur mon balai, pour un vol endiablé jusqu'au Mont des Fées.


Le ballet des cérémonies est ouvert... C'est un ballet majestueux de sorcières qui se met en place. Faire trois fois le tour du Mont en volant, en riant, en s'interpellant. Notre sabbat ne se veut ni triste, ni secret.Notre arrivée se fait pleine de magie, d'ensorcellement, gracieuses libellules qui viennent poser un pied à terre.


Bon ! Il y a bien une ou deux de nos anciennes qui ratent leur atterrissage, on retient nos sourires pour ne pas les offusquer. Parmi elles, il y a de grandes sorcières (sur le déclin certes, mais grandes quand même). Et puis, elles ont vite fait de s'épousseter, hausser les épaules et se moquer d'elles même.


Le bucher est prêt. Monticule de bois, qui grimpe jusqu'au ciel. Nous, sorcières pour un soir, allons adorer ce que nous craignons le plus au monde : le bucher. C'est à la plus jeune que revient l'honneur de l'allumer... Et étant la dernière ! C'est à moi que revient ce droit. Prenant garde à ne pas me brûler, ni enflammer ma jolie robe (comme les premières années). Je m'approche, un flambeau à la main. Murmurant la prière dans anciens :




      « En cette nuit de Samaïn, je souligne ton passage


      du couchant au Pays de l'éternelle jeunesse, Roi soleil.


      Je souligne aussi la disparition de ceux qui nous ont précédés, qui nous ont tant appris et donnés,


      Et de ceux qui, dans la mort, nous suivront »


Je fais le tour du bucher, et au quatre points cardinaux, dépose mon flambeau pour l'allumer. L'instant est au recueillement. Une pensée pour ceux que l'on a aimés. Une fois le bucher enflammé, les applaudissements résonnent. Nous commençons à danser autour.


Il est dit que nous invoquons le diable ?! Outrage à sa sorcière !!!


Nous ne nous abaissons pas à ça. Nous aidons juste les esprits à trouver le passage de votre monde au notre. Nous les accueillont, et les vénéront.


Nous sommes trop respectueuses de leur savoir. Nous continuons de les aimer à travers chacune de nos pensées.Il est vrai quand même, que nous terminons la soirée, fin bourrées, à force de rire à leur souvenirs et de boire de l'hydromel à tour de godets !


Mais n'est-elle pas belle notre nuit ??

samedi 23 octobre 2010

Marketing Oblige !! Si on veut réussir !!


Alors voilà... Le moment est arrivé... Il va bientôt paraître !! une semaine ou deux, et le voilà !
Oui... il va falloir encore patienter. La sorcière que je suis, est sur les dents !! Le temps ne passe pas assez vite.. Et puis quel accueil va-t-il recevoir par les lecteurs ? Et puis... Bref, les questions n'en finissent pas !!

Où le trouver ? normalement, selon la bonne logique... Chez nos amis libraires. S'ils ne l'ont pas... Il suffit de leur demander gentiment de le commander sous la référence ISBN : 978-2-35508-594-9, distribué par DAUDIN, ou DILICOM. Et hop, vous devriez l'avoir.

Non ? bon alors là, c'est pas normal... Mais une nouvelle solution est à votre disposition... Vous m'envoyer un petit mail, avec votre nom, votre adresse, et c'est moi qui vous l'envoie par porteur spécial... Avec en plus, un petit mot (d'amour...) sur la page de garde. Voui..Voui... un petit mot de Moi... Rhoôooo, si c'est pas être veinard ça !!

l'adresse ? tadaaaa : frederique.pinson@orange.fr.

Le prix du livre ? 15.50 € (+3€ pour l'envoi... il faut bien que je nourrice mon porteur durant son voyage)
Voilà... Je crois que vous avez tout, maintenant... Il n'y a plus qu'à !!
Je retourne à mon chaudron... Il glougloute de recettes délirantes (à lire très bientôt)


Et pour ceux qui ne connaîtrait pas encore ma bouille de sorcière ...



mercredi 20 octobre 2010

La jurancienne expliquée !!



Il est vrai, que maintenant depuis un an, vous venez régulièrement dans mon pays, à la découverte de mes aventures... Et je m'aperçois avec effroi que vous n'êtes peut être pas au fait de tout... Nos habitudes, notre façon de vivre ! Je vous assure que cela n'a pas de quoi vous effrayer.


Tiens commençons sobre (enfin c'est une façon de voir...) nos fameuses Juranciennes... Bon vous l'aurez donc compris... Nos juranciennes sont... heu... un repas... heu... (ou pas) Nous pourrions même dire (n'ayons pas peur des mots) bacchanales... Hop là, quoique je mets un hola quand même et je précise. Débauche des sens uniquement ; gustatifs

Lieu de prédilection : Chez les uns ou les autres... Du moment que personne ne reprenne son balai. La dernière fois, ça m'a servie de leçon. Et je me suis retrouvé accrochée par le string à un chêne. À l'intérieur ou l'extérieur... peu importe, le principe est de se retrouver à plusieurs et d'en profiter.

Avec qui : Pour ma part, avec ceux que j'aime, que j'accroche... il y a bien sûr la famille Turlututu, quelques sorcières voisines, quelques pirates en mal de mer. Un mage ou deux., un marquis esseulé.. Bref plus on est de fous, plus on est saouls. Oui ! Bon enfin pas tous non plus. Quoique. Et puis attendez, on fait ça bien... Concours de papilles pour tout le monde, petits plats, amuses-Gueules du soir (espoir), foie gras, verrines, noix de St jacques...Farandoles de gourmandises. On beau être sort-Célier, la bonne bouffe, ça nous connaît ! Et puis, jamais d'alcool de dragon, d'alcool de sorcier. Uniquement le produit de la terre... Dont un, qui a donné le nom à nos petites sauteries... Le jurançon !


Donc, on se veut à chaque fois connaisseur, juste dégustateur du petit prodige découvert au fin fond d'une cave. Une année pas encore dégustée. Un cru pas encore amorcé. On s'imagine un dieu du palais, dont les papilles vont se délecter du doux breuvage. Ça ? C'est ce que l'on veut croire au début, ou se faire croire...


- Hummm, il est bon, c'est quelle année ?


- Houla il a 25 lunes, il est encore jeune... Oui mais cette robe, ce parfum !


- Un goût de coing, d'ananas... à peine fumé (ou c'est moi qui commence à être fumé peut-être !)


Nous avons même droit à des moments plus sérieux, quand notre Marquis est de la partie. Parce que on ne rigole pas avec le vin, voyez-vous ?! Et là, c'est un poème ambulant qui se déplace. Il nous dit tout, l'année, le cépage, le terroir... Et même quand il est en forme, la couleur du slip du vigneron. C'est dire, s'il est calé sur le sujet (du vin ! Pas du vigneron ! Pfff).


Il claque de la langue, joue des mâchoires, aspire le vin en suppant de l'air, Beurkkk. Pour le côté romantique de la chose tu repasseras. À chaque fois qu'il nous fait ça, je retiens un fou-rire ! Son côté sexy disparaît.

Flûte ! Juste de quoi se tremper la lipette une fois ou deux, que la fiole est déjà finie.


- Mais heuuuu ! J'ai pas eu le temps de me faire à son goût.


- T'inquiète Chaussette ! J'en ai trouvé une autre derrière un fagot !


Plop ! Plop ! C'est la valse des bouchons. Les bouteilles commencent à s'aligner sur la table... Vides ! Ce vin au goût somptueux (enfin moi je trouve), au delà de sa couleur, et son parfum a des propriétés euphorisantes...Les éclats de rire jaillissent un peu n'importe où et à n'importe quel moment. Les conversations sont décousues, et des délires font surface...Philibert commence à faire de grands gestes. Le moulin à vent se déploie. Ne manque que de la Mancha pour parfaire le tableau, Nous en venons à craindre pour les invités et les bibelots environnants. Nos soirées se terminent à pas d'heure, une nuit bien entamée ou des ronflements profonds vont résonner jusqu'aux fins fonds des bois.


Un dernier mot pour finir ?


- Gn'était bien gna soiréééée, et gnuis le vin !! Hummm gn'il était bon hein ! Gn'elle est où Laphie ? Puting !! gn'irais bien dansé moi.... RRrrrrrr


Ps : Pour vous permettre de déguster ce doux nectare... un petit lien non négligeable (il suffit de cliquer sur le titre... et le site apparaît), mes préférés ? les copains d'abord... Et la cuvée des dames ! Et bien évidement attention à l'abus d'alcool...

mardi 12 octobre 2010

la messagère



D'habitude pour l'envoi de mes plis, mes courriers ; j'utilise le savoir faire d'une mouette porteuse, c'est pratique ! J'en ai une ou deux de dressées qui portent les doux noms de Berthe et Gertrude (j'avoue !! j'étais en panne d'inspiration ce jour là !). Pour l'envoi de parchemins, il suffit de le rouler serré, et de leur attacher sur le dos entre les ailes (histoire qu'elles volent droit), délicatement attaché (faut pas non plus leur serrer trop le kiki pour ne pas les étrangler) et surtout pas aux pattes, parce que sinon elles se pètent le bec lors de l'atterrissage (c'est pataud une mouette !!). Rien ne fait plus mauvais genre que d'avoir une mouette porteuse qui meurt sur votre pas de porte en vous apportant des nouvelles (un : ça passe pour une menace sous-jacente, et deux : faut faire un trou dans le jardin pour l'enterrer – on perd un temps fou à cette occupation !).


Bref, donc j'utilise mes mouettes pour des missives courantes ! Mais là, bien obligée de me tourner vers de nouvelles options. J'avais quelques grimoires à envoyer aux quatre coins de Faërie, des grimoires précieux, dont il était hors de question qu'ils soient salopés par le mauvais temps, la traversée des bois, des rivières ou tous paysages susceptibles d'en écorner les pages. L'idée de faire livrer les dits livres par un putois ou un ours m'avaient légèrement effleurés l'esprit, mais je me rendis vite compte que cela aurait été fort mal pris par mes amis.


Le putois d'un caractère ombrageux n'aurait pas eu la délicatesse de se laisser prendre le colis sur son dos sans leur larguer une jolie caisse... Malodorante ! Et l'ours n'étant pas mieux loti côté caractère... Je ne pouvais prendre le risque d'avoir un ami ou deux décapités lors de la remise de ce cadeau !


Donc, après moult réflexions, je me tournas vers le service postal ! Quelle ingénieuse invention que ce service là... Pardonnez moi de découvrir cette chose formidable. Je n'en ai point l'habitude. La preuve !


Je me heurta d'abord aux horaires d'ouverture. Grande découverte ! Je me posais quelques questions sur le mot service et horaires... Moi quand on me demande un service... Je n'impose nullement d'horaires et des jours. Mais bon passons. Je découvris enfin ma messagère... Une bonne femme que je trouvais au premier abord rigolote (quoique mal attifée, coiffée et maquillée comme un drakkar volé)


- Bonjour Madame, ce serait pour faire partir ces précieux grimoires...


Faut dire qu'ils étaient emballés avec amour, protégés du mieux que j'avais pu et avait glisser quelques délicats mots à l'intérieur à l'intention de mes amis.


- B'jour ! C'est en express, en normal ? En recommandé ? Avec ou sans accusé de réception ?


- Heu ??? normal !


Je comptais sur ma bonne étoile, ainsi que sur la délicatesse de mes amis pour me dire que leur envoi était bien arrivé.


- ça vous fera 20 piastres ! Et ça partira quand ça pourra ! Au prix qu'on est payé, peut pas faire mieux.


Elle prit tous les colis... les tamponna à divers endroits d'un geste brusque et plutôt que de se lever pour les porter jusqu'à son coffre pour les y déposer gentiment (avec amour en gros), les jeta d'un geste hargneux sur plus de 3 mètres pour qu'ils s'engouffrent dans un bruit déchirant de froissement de feuilles dans le maudit coffre.


Mon sang ne fit qu'un tour à cette vision qui pour moi était un sacrilège !! Faire subir un sort pareil à mes précieux grimoires ! Avait-elle seulement l'idée de ce qui m'en avait couté de m'en séparer ! La bourrique !!


- dites donc vous ? Ça vous écouillerais d'être un peu respectueuse ? Non pas de moi, m'en fous, vous z'êtes comme vous voulez, rien à battre ! Mais au moins des colis que l'on vous donne !


- Ho ben dites-donc ! Si vous z'êtes pas contente, allez voir ailleurs si j'y suis !


- Et ma main dans ta face de rat, tu la veux comment ?


L'échange qui s'ensuivit fût malheureusement censuré... Après mon départ (que j'avoue penaud, malheureuse de m'être emportée), je tremblais pour l'envoi de mes grimoires et surtout la réception à mes amis. Je m'imaginais que la rancune tenace de « ma messagère » allait se reporter sur les destinataires.


Genre on frappe à leur porte... Et à l'ouverture, un vol de colis hargneux qui leur atterri sur le museau... Suivis de quelques mots coléreux...


- De la part de Maïa Luna


Que nenni... les colis furent tous portés avec amour, par différents messagers qui prirent grand soin de mes grimoires !!


N'empêche que pour la prochaine fois, j'hésite à me tourner vers Elorn... Mon dragon de cinq mètres pour faire porter mes colis...

lundi 4 octobre 2010

petit lexique de la sorcière

Je tiens à remettre les choses à leur place,,, Depuis quelque temps déjà, j'entends gronder les voix de mes amis...


- Oui... Toi d'abord... Ton statut de sorcière ! Tu peux tout dire, tout faire ! T'as juste à claquer des doigts et hop... Tout t'arrive tout cuit dans ta tite mimine !


Alors là STOP !! Je m'insurge ! Où grands diables avez-vous vu jouer ça ? Vous croyez que la vie de sorcière est simple ? Que l'on peut tout faire, sans aucune obligation ? Alors là, je vous le dis tout net ! C'est pas aux sorcières que vous croyez, mais aux trolls !

D'abord les potions,, hé ben oui ! C'est pas le genre de truc qu'on invente sur le gaz comme ça, juste en levant le nez ! Faut phosphorer dur du ciboulot pour que la potion donne ce que l'on veut ! Savants mélanges, préparés avec soin et dextérité, un soupçon d'amour... voir de rancœur le tout concocté un soir de pleine lune (hormis urgence extrême), et au pire des cas (une panne d'idées est si vite arrivée), on a notre fameux grimoire ou tout est inscrit en lettre de sang (on ne sait pas de qui... y a jamais eu de réclamation)


Nan ! on ne peut pas mélanger n'importe quoi dans le chaudron en grommelant des mots savants en latin ! Déjà les ingrédients, ce n'est que du bonheur pour les trouver !! Salive de dragon (bon moi ça va, j'en ai un en familier), élixir de jouvence, eau de noirceur, œil bleu de salamandre, 5ème écaille de murène bavarde, souffle de gargouille, etc... Si on n'avait pas des apothicaires dignes de ce nom, on pourrait passer une décennie à chercher ces fichus ingrédients de m...


Les incantations ? le summum ! Ce qui donne la vie à notre magie. En ar-ti-cu-lant correctement, pas de balbutiements, pas de langue fourchue, sinon c'est tout foutu ! Faut que l'incantation rime, c'est plus joli à l'oreille, ça enchante (d'où pardonnez moi du peu... l'enchantement)...


Oserais-je vous parler des rituels qu'il faut faire pour un envoutement... Marcher à reculons ou à cloche pied, froncer les sourcils et tirer la langue à 90°, se jucher sur un piton rocheux face à une mer déchainée, si piquer les doigts pour une précieuse goutte de sang qui doit tomber pile poil au milieu du cercle de foi (rhaaaa, ça vous la coupe ça hein ?)...


Et que dire du grand calendrier ? la lune du loup, la lune du sang, la lune rousse, même la lune bleue (une vraie palette de peintre !). Ah ça vous change de l'astre que vous regardez innocemment une nuit de beuverie. Je passe sur les différents quartiers, ceux qui sont bons pour les incantations et ceux qui ne le sont pas !! Rien qu'à l'idée de vous présenter éventuellement la magie planétaire, j'ai une migraine qui monte. On gardera ça pour un soir de déprime !


Et que dire du matériel qu'il nous faut à nous, pôvres tites sorcières ! Une vraie malle ambulante ! Des kilos et des kilos de matos ! Bon ok, je l'avoue, il y a une partie du folklore... Mais prenons notre balai, petite merveille qui ne nous sert pas à qu'à voler (notre ombre passant devant la pleine lune, jolie non ?), savez vous qu'en balayant (oui je sais ! Vous vous faites le ménage...) on joue avec les énergies qui nous entourent. On dissipe les mauvaises et on entraine les bonnes. Il y a aussi, l'athamé (sorte de couteau en bois, en pierre) qui a lui tout seul représente deux éléments de la nature, le feu et l'air - petit détail, cet objet doit être gardé secret, et surtout consacré (encore une nuit de pleine lune). On chuchote même dans le milieu sorcier que le premier fut la Grande Excalibur !


Ha et puis notre chaudron ! Alors ça, on a inventé le wock nous autres ! Ou comment tout faire mitonner dedans ! Des glouglous qui n'en finissent plus, des bulles, des plop plops, il est toujours noir de suie par les nombreuses concoctions, héritées de mère en fille. Le mien ? J'en suis très fière, cinq générations déjà !


Et puis, vous oubliez aussi, toutes les fois ou le sortilège foire !! Halala quel merdier, c'est que c'est pas simple à faire déguerpir ces trucs là... Tenez, moi ! Je me souviens de la dizaine de gnomes jaunes (gueulards comme soudards) qui ont envahis mon jardin


sous le coup d'une incantation mal articulée (je voulais des pommes jaunes pour une tarte tatin !).... ben, depuis j'ai un gouffre près de mon étang ou tous les sortilèges qui ont mal tournés sont enfouis dedans !


Ben quoi ? C'est Bio, je recycle hein ! Ils me servent pour de nouvelles formules...


Alors vous la trouvez toujours si simple que ça notre vie de sorcière ?

mardi 28 septembre 2010

CQ

Panique en ma chaumière, il y a de l'écho dans le frigo (branché sur la roue du hamster), les placards résonnent le grand vide, et même plus un crouton dans le chaudron. Bref c'est la famine. Un poil feignasse, j'ai tapée dans le stock de conserves, du coup, cette fois, c'est clair, je ne coupe pas à la sacro-sainte activité de faire des courses ! Yepeee ! Ça ne m'emballe pas plus que d'aller cogner à la porte du troll voisin...


Me voici à cheval sur mon balai, dont le kick encore cassé me donne le loisir de courir sur deux lieux avant de m'élancer vers les cieux ! Là aussi, il va falloir que je me fendes d'un sourire et surtout de monnaie trébuchante pour le faire réparer ! Tout va à vaux l'eau !


L'apothicaire du coin est un bel endroit pour qui veut sacrifier du temps et menues monnaies. On y trouve de tout: ingrédients divers et variés, boissons aphrodisiaques,, ou pas. Et un rayon lingerie qui ferait pâlir de jalousie toutes les commodes de mes amies sorcières. Ruban, dentelles, parures olé olé pour relations enflammées...


Le parking est bondé, carrosses, citrouilles, cercueils ambulants s'entassent... ce qui me promet des achats mouvementés au milieu de familles complètes, ou je vais devoir louvoyer entre les paniers des « gromelleux » sorciers sur le retour désagréables au possible, non patients à qui tout ou presque est dû de par leur « graaaande expérience », éviter du talon les sorciers en herbe qui se lance dans la lévitation d'objets pour la première fois.



Tenant fièrement en main, mon vieux canasson (des fois que l'idée farfelue viendrait à l'esprit d'un voleur, de me le chaparder en douce), j'amorce mon entrée dans la boutique, quand un drôle de gars se plante devant moi :


- Toi et ton balai, tu rentres pô !


Hein ? Il a dit quoi ? Il est qui, lui ? Pas dégonflée la sorcière, je me plante devant lui et le détaille ostensiblement de la tête au pied (je vais me gêner ! ), genre molosse patibulaire, pantalon noir, ranger's noires (coordonnées s'il vous plait) avec un tee shirt marqué CQ ! CQ ? C'est quoi comme marque à la con ça encore ? Un doute soudain m' habite....


- Comment ça, moi et mon balai on rentre pas !? C'est nouveau ça ?


- Ouaip... et pis y a une n'info sur la porte, qui dit... (je ne l'écoute déjà plus... je cherche la demoiselle sur la porte...)que les z'animaux et les balais ben y rentrent pas dans le magasin !


- Mais non, je ne veux pas, il vient avec moi ! Il est toujours venu avec moi !


Le molosse se met devant moi, bras croisés, mâchoires en avant version pitbull


- Ha Ben nan ! Il reste dehors ! Et si tu insistes, toi aussi !


- Et je fais mes achats comment ? Par télépathie ?


- M'en fous, c'est pas mon 'blème, mais ton balai y rentre pô ! Parce les balais, ça volent...


- Nan, ça vole pas ! N'importe quoi ! On n'a jamais vu un balai volé !


- Si ça vole j'te dis, et c'est chiant à attraper, et ça se perche dans des endroits pas possible ! Je passe des heures à les récupérer, parce qu'ils écoutent rien de ce qu'on leur dit. J'ai assez des chiards qui font léviter des articles dans tous les sens à m'occuper...C'est moi qui range !! Alors non, y rentre pô, j'ai dit !


Oups ! un instant ! On est pas sur la même longueur d'onde, ou plutôt sur la même longueur de vol...D'accord, il veut le jouer comme ça ? Je lui colles ma liste dans les mains et d'un ton péremptoire lui assène :


- Ok, on échange nos places, Tu joues ? Je garde la porte et mon balai, tu vas faire mes courses !


- J'peux pô , t'a pô le tee shirt réglementaire !


Mes yeux se posent sur son tee shirt... Réglementaire ça ? Pourquoi ? Soudain mon esprit s'illumine (comme quoi tout peut arriver). Rhooo la vache... CQ = SECURITE


« De fil et de coton...


De face et de dos,


Que son, devienne mon,


Sur mon dos, le même polo »


Paf, me voilà habillée d'un beau tee shirt noir CQ et le regarde d'un beau sourire, lui tendant toujours ma liste de courses, battu à plates coutures, il se rend et prend ma liste d'un air penaud en grommelant : « Fichue sorcière... » Je le vois qui se décompose à la lecture de ma tite liste. Humm... faut dire que je l'ai un poil gratinée rien que pour lui, que des trucs de fille !

Pour ma part, je me colle face à l'entrée, bras croisés, mon précieux balai dans les mains...


- hé ? Toi là-bas ? T'as pas de balai ? Ben tu rentres pô !

VENGEANCE !!!



mercredi 15 septembre 2010

L'Echo des sorcières !





L'écho des Sorcières (Édition de la lune Poivrée).



Chaque mois nous nous efforçons de mettre en avant une personnalité de notre monde de Faërie. Il était grand temps que nous nous occupions du cas : Maïa Luna !



Après des tours, des détours, nous avons réussi à attraper notre sorcière pour lui poser quelques questions. C'est au sortir du bois que nous l'avons surprise, très « nature », quelques fougères dans le décolleté, l'œil vif et brillant, la lippe rosée.



Si elle fut étonnée par notre apparition, elle ne tergiversa pas pour nous répondre :




  • Alors Maïa ? Où en êtes vous ?

  • Ben... Vous le voyez à la chasse aux champignons !

  • Pour une incantation ? Une préparation vengeresse ?
  • Nan ! Pour une omelette !
  • heu... Et votre quête, elle avance ?
  • Ça le fait, je me débrouille..
  • Nous suivons vos aventures de près, Callaghan vous donne du fil à retordre ! Une idée pour vous en débarrassez ?
  • C'est pas les idées qui me manquent ! Je fourbie mes armes !
  • Mais vous avez une bonne équipe avec vous, vous nous les présentez ?
  • Elorn le dragon, Philibert le mage, et R...
  • Le beau Ryan !! Ahhh (soupir de béatitude de la part de notre reporter) et vous en êtes où tous les deux ?

Maïa nous regarde interloquée, un éclair fugace traverse son regard :

  • Je ne comprends pas votre question !
  • C'est simple pourtant, vous et le mage Ryan avez une relation, de quelle nature est-elle ?
  • Biblique ?!

  • ??? Bon heu,,, Nous avons également entendu parler d'un loup, rencontré dans la forêt de Merlin... Il est quoi ?

  • Comme vous l'avez dit... Un loup ! Charmant d'ailleurs, et courtois avec ça.

Nous rajouta-t-elle d'un air narquois.


et Jack ? Qui est-il réellement ? Ami, amant ? Traitre ? On dit qu'il se serait servit de vous pour accéder au Grimoire des Anciens !

  • Les on-dits n'ont pas lieu d'être dans le coin, on leur jette des sorts s'ils trainent trop. Ils ne survivent pas longtemps les ont-dits par ici ! Je n'ai donné à Jack que ce j'ai bien voulue lui offrir...

Sur ces derniers mots, elle nous tourna le dos promptement et s'éloigna dans une envolée de crinière rousse.
  • Mais Maïa, nous n'avons pas fini...
  • Je n'ai rien à vous donner de plus !
  • Mais nos lecteurs ?!!
  • Désolée, votre temps est écoulé, j'ai un truc sur le chaudron, et je ne voudrais pas que ça colle au fond...



Nous la regardons regagner le sous bois, elle se détourna accompagnée d'un sourire pour rejoindre un bouquet de fougères légèrement remuant (?)

mardi 14 septembre 2010

BIENTOT EN LIBRAIRIE


Alors voilà... la couverture a été choisie... Et j'ai le plaisir de vous la présenter !!

Ne vous ruez pas tout de suite dans vos librairies préférées... La quête de Maïa, ne sortira qu'en Novembre...

Vous allez devoir faire comme moi... Cultivez la patience !
En attendant, je continue à vous livrer quelques nouvelles petites histoires !

lundi 23 août 2010

Un drink... Poupée ?



Jack m'a refait une de ses invitations... Qui disons le franchement ne se refuse pas ! Une soirée romantique sur sa goélette à regarder le soleil couchant sur l'île du crâne ! Allons que les jalouses me jettent la première pierre, si avouons le, cette invitation, n'est pas tentante.


Ma condition sinéquanone, était qu'il jette au moins pour la soirée son cerbère de Tim à la baille, et qu'il mette Bosco aux arrêts, que l'on est la soirée à nous, rien qu'à nous...Sans espions, sans ricanement, sans tourments !


Voulant lui rendre hommage, je me vêtis, d'un corsaire noir, un bustier blanc rempli de lacets et de dentelles (qui je le savais, lui démangerais les mimines toute la soirée), J'en profitais pour rajouter un superbe tricorne noir sur lequel flottait allègrement au gré du vent une plume blanche d'aigrette.




Mon célèbre pirate, me joua au premier abord, le gentleman indifférent... à l'œil pourtant égrillard. Un baise main claqua sur mon poignet dans un doux :


- Maïa ! Bonsoir, ravi sur mon navire de vous voir !


- Jack, mon Cher, tout le plaisir est pour moi, quelle vue, quelle voilure, quelle mature !!


A ces mots, le pirate ne se sentit plus de joie, et son corsaire d'un hoquet se déboutonna !! Son tricorne d'une main preste s'envola pour cacher à mes yeux, l'objet des délices.




- Hummm ! J'te sers un drink Poupéééée ? Me demanda-t-il d'un ton qui se voulait enjouer.


- Avec plaisir Pirate ! Qu'as tu dans tes tonneaux à me servir.


- Non point de tonneaux pour toi, ma Belle, ce soir quelque chose de plus raffiné, un élixir comme tu sais si bien les faire, mais aux saveurs encore plus troublantes …


- Tiens donc, tu te lances dans la sorcellerie ? Quel est donc son nom ?


- Doux orgasme !!


- Mazette tu m'en diras tant...(j'en profite pour lui claquer la main.... Qui l'air de rien commençait à vouloir s'égarer dans mes dentelles.) Goutons donc ce breuvage au nom si prometteur.


L'alcool à la saveur ambrée de rhum se glissa dans ma gorge pour y laisser dans un premier temps une langue de feu, puis la douceur des fruits apaisa cette tendre souffrance pour m'enivrer d'un parfum suave, Appuyée sur le bastingage, la croupe en arrière à mon avantage, je laissais une main câline, caresser le bois blond du plat bord. Les yeux perdus dans le vague, la mèche dans le vent, mon esprit malin, prit bien des détours et des chemins.


- un autre verre peut être ? Me demanda l'homme des mers, un sourire coquin aux coins des lèvres.


- Hum, j'hésite... Tu sais... Je sens que de cette boisson, il ne faut point abuser...


La soirée, se passa délicieusement, au gré d'une conversation poursuivie sur le ton badin, plusieurs drinks à la main... L'histoire de nos GRANDS amours....Sujet de conversation, il faut le dire, nous connaît drôlement bien !


Soudain, à mon grand effroi, je vis mon pirate, se jeter sur moi ! Diantre ! Ou donc est passé sa bienséance ? Il fut un temps, celui de nos amours, ou au moins, il daignait m'honorer de préliminaires ! J'avoue ! J'en étais choquée !


- Maïa !! Gme me sent pas biiiiien ! J'ai les dents du fond qui baignent … Houuuu la houle s'est levée, le bateau gîte drôlemeeeent !


- Jack ! Cesse de faire l'enfant, ôte tout de suite ton nez de mon décolleté !


- Me sens pas bien, j'ai envie de vooooomiiiir...




Grands Dieux, ais-je donc omis de vous le dire ???


Ce fameux pirate légendaire, ne buvait que du lait, à peine de temps en temps, une bière ! Donc forcément, point le rhum il n'aima....


Et c'est la mer qui eut son doux orgasme, quand l'homme aux hauts de coeur, le rhum rejeta.